LABELS / QUALIFICATIONS

 ACTUALITE : LE BATIMENT DANS LA RUE !

LE BATIMENT DANS LA RUE !

LE BATIMENT DANS LA RUE !

Manifestation partout en France le 18 Janvier 2013

La CAPEB et la CNATP appellent tous les artisans du bâtiment, des Travaux Publics et des Métiers du Paysage à se mobiliser le 18 janvier
 

Joseph CALVI Président de la CAPEB de l’Ariège : « En dépit de nos mises en garde et des manifestations antérieures de mécontentement des artisans, les Pouvoirs publics mettent le secteur du BTP en péril tout en faisant de belles promesses. Trop, c’est trop, le 18 janvier, nous mettrons les autorités face à leurs contradictions. »
 
FOIX, le 18 janvier 2013 – La CAPEB et la CNATP de l’Ariège participeront à la mobilisation nationale des artisans du BTP le 18 janvier 2013.
50 artisans de l’Ariège, formeront la délégation départementale qui manifestera en Région avec les 7 autres délégations de Midi-Pyrénées pour alerter les autorités sur la situation critique dans laquelle se trouve leur secteur  et pour protester contre le traitement injuste dont ils font l’objet. L’année 2012 a été particulièrement éprouvante pour les entreprises artisanales du BTP, qui ont subi au total une baisse de 10 à 35 % de leur activité dans notre département  (sans parler de toutes celles qui ont du arrêter leur activité), avec des perspectives d’aggravation en 2013.
Pour éviter que le pire ne se produise, il est crucial que les pouvoirs publics adoptent d’urgence les 5 résolutions que la CAPEB et la CNATP leur proposent.

 


Une mobilisation nationale pour sauver le secteur de l’artisanat du BTP 
La CAPEB et la CNATP de l’Ariège se mobilisent fortement le 18 janvier 2012. Elles ont écrit à Monsieur le Préfet, plaidé la cause des artisans du BTP auprès des parlementaires et organisé une délégation de 50 entreprises qui partira rejoindre les autres délégations de Midi Pyrénées devant la Préfecture de Région à Toulouse.
 
 
Joseph CALVI, Président de la CAPEB de l’Ariège, explique : « Les artisans en ont assez des belles paroles et veulent des actes concrets. Ils se battent chaque jour pour garder leurs salariés et faire face à leurs échéances alors que les délais de paiement sont intenables, leurs trésoreries exsangues et les banques absentes. Il est plus que temps que les Pouvoirs publics prennent la mesure de cette exaspération qui est d’autant plus forte que la concurrence déloyale des auto-entrepreneurs est décuplée. »

2012 : une très mauvaise année pour les artisans du bâtiment
 
L’année a été particulièrement éprouvante pour les artisans du bâtiment dont l’activité a chuté de – 2,5 % au 4e trimestre 2012. L’année 2013 n’augure rien de bon non plus : de - 2,5 à – 3 % sont prévus sur l’année au niveau national. Dans le département, les baisses sont encore plus marquées avec des territoires comme le Pays d’Olmes ou le Couserans qui cumulent d’autres difficultés. En cause : le climat économique plus que maussade, la situation de l’emploi dans l’Ariège mais également plusieurs mesures qui ont directement impacté le secteur.
 
 
En 2012, les artisans du bâtiment ont en effet perdu sur tous les tableaux 
 
-       leurs charges sont devenues écrasantes : le déplafonnement et donc l’alourdissement des cotisations sociales patronales ; les seuils d’imposition dont le gel décidé en 2012 est confirmé pour 2013, l’augmentation de la cotisation foncière des entreprises (CFE) qui a été un réel coup de massue pour certains;
-       la concurrence déloyale s’est accrue : les auto-entrepreneurs qui ont gardé leurs avantages, le travail dissimulé, les entreprises low cost ne respectant pas la législation française se sont développées et nous alertons sur la présence d’entreprises Espagnoles de plus en plus nombreuses qui viennent tenter de survivre en cassant les prix sans respecter les règles applicables dans notre pays.
-       les très petites entreprises ont été tenues à l’écart des mesures d’aide : elles ne sont pas représentées au Conseil d’administration de la Banque Publique d’investissement et plus de 202 000 artisans travaillant seul sans salarié sont exclus du Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (CICE).
-       le découragement de la clientèle dont le pouvoir d’achat est déjà diminué par la crise, avec l’annonce d’une nouvelle hausse de la TVA qui passera à 10% en 2014.
 
 
UN MAUVAIS CALCUL
Ne vaut-il pas mieux 5 % d’un  chiffre d’affaire important plutôt que 10 % d’un marché qui s’écroule ? Sans parler de l’augmentation du travail clandestin que cela va inévitablement générer !
 
 
Résultat : en France, près de 40 000 emplois sont menacés entre 2013 et 2014, soit plus de quatre fois le nombre de licenciements de PSA en 2012 avec des répercussions à prévoir sur toute l’économie. L’Ariège ne sera pas épargné, puisque 200 à 500 emplois locaux risquent de disparaître.
 
Joseph CALVI,Président de la CAPEB de l’Ariège réagit : « Je redoute l’accélération des faillites des petites entreprises du bâtiment et des licenciements massifs. Les Pouvoirs publics doivent prendre conscience que si les acteurs de la « Première Entreprise de France » disparaissent, il n’y aura plus personne pour faire vivre l’économie locale. Cette situation est d’autant plus détestable qu’elle fait la part belle au travail clandestin, aux entreprises pratiquant le dumping social, bref à l’économie parallèle. ».

Date : 18-01-2013

Nos partenaires sont aussi à votre écoute

MAAF
MNRA
GROUPAMA
AG2R LA MONDIALE